Province: “Le Canada a besoin d'une nouvelle loi pour lutter contre le resquillage”

Re: La province rédaction “Le Canada a besoin d'une nouvelle loi pour lutter contre le resquillage” (2010-12-07):

Il ya beaucoup de choses de mal à C-49, le gouvernement Harper de ce qu'on appelle “lutte contre la contrebande” projet de loi, pas le moins qui sont les fausses prémisses derrière elle - beaucoup rabâché dans cet éditorial.

Les demandeurs d'asile sont certainement pas des resquilleurs: elles sont séparées et distinctes du processus d'immigration normale; elles n'affectent pas que les “queue” ou quota, et ne rien prendre loin des gens impliqués dans ce. Et il n'y a pas de file pour les réfugiés; pas de saut de file d'attente.

Cependant irrégulière leur arrivée, personnes qui entrent sur notre territoire et demandent l'asile ont le droit de le faire, et que leur cause soit entendue équitablement et évalué. Une Droite - Selon la Cour suprême du Canada. Ainsi,, ils sont également en aucune manière “illégale.”

Est ni ce une infraction, ni aucune menace à notre souveraineté. Il est une célébration de ce. Nous avons choisi d'exercer notre souveraineté dans cette façon, en donnant l'expression de nos valeurs canadiennes de compassion et de respect des droits de l'homme et la dignité humaine, par notre engagement envers le droit des peuples à demander l'asile contre la persécution.

Nous l'avons fait lorsque nous avons choisi de signer la Déclaration des Nations Unies des droits de l'homme, et le 1951 Convention et la 1967 Protocole sur les réfugiés. Nous l'avons fait par reflétant ces engagements dans nos lois.

Alors que certaines personnes n'utilisent en effet le processus de réfugié à essayer de contourner l'immigration régulière, ces cas sont déjà traités dans nos lois existantes, et si cela est jugé et trouvé léger, retournés dans leur pays d'origine. Encore une fois, pas de saut de file d'attente. Et encore, tous ceux qui font une telle demande ont le droit de le faire assez entendu et évalué; il est pas juste ou raisonnable d'effectuer une pré-juger, ni préventivement les pénaliser basées sur comment ils sont arrivés.

Si nous avons aucun égard pour la primauté du droit en général, notre propre loi, en particulier, et notre soutien de longue avoué de droits de l'homme, nous devons reconnaître leur droit à se prévaloir de ce processus, puis laisser le processus juste et équitable jouer.

Si cela dure trop longtemps et trop lourd à notre goût, c'est sur nous, pas les; il est de notre processus de, ne leur appartient pas. C'est à nous de le fixer, de prendre les Kinks, ajouter du personnel, accélérer, et éliminer l'arriéré - à condition que, ce faisant, nous nous assurons qu'il est scrupuleusement équitable et en tout temps conscients de notre obligation de protéger la. Le projet de loi C-49 ne le fait pas; préjudiciable équité en court-circuit il peine à chargement frontal sans procès, défense, ou d'un appel, et pour tout ce qui n'améliore pas la procédure de quelque manière.

Pour persister dans les présentant comme des clandestins ou des resquilleurs, de libre-chargeuses, ou en aucune manière une atteinte à notre souveraineté est sans fondement et, en particulier lorsque le gouvernement fait, diffamatoire. Cela ne sert qu'à attiser le ressentiment du public à tort et l'intolérance, et peut en arriver à une bonne fin.

En fin de compte, les réfugiés ne sont pas ici pour un tour gratuit, ou pour profiter de notre bonne volonté; Ils viennent ici pour être libre - libre de la persécution, et gratuit pour gagner leur place, vivre et élever leurs familles dans une société libre, tout comme le reste d'entre nous.

Quelle sorte de volonté de générosité et il est bon, dont nous sommes si prompts à se vanter, si nous sommes si avare et de marchander l'égard des personnes qui se présentent et en ont réellement besoin?

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Cette entrée a été publiée dans Les réfugiés et étiqueté , , , , . Ajouter aux favoris permalien.