Censuslessness

Le gouvernement Harper a encore une fois réussi à soulever une tempête où avant il n'y avait que des ondulations. Après avoir décidé unilatéralement sur un coup de tête, sans la consultation avec les dépositaires publics ou principaux, ils seront abandon du recensement obligatoire de longue durée parce “Les gens n'aiment pas ça.” (… Comme les impôts?)

Statisticiens et une foule d'organisations des secteurs privés et publics qui dépendent fortement de cette information ont farouchement opposé que cette décision endommager gravement la qualité et donc l'utilité des données. Il sera atteinte décisions sur la planification urbaine et rurale, services de santé, autobus, transport en commun rapide, ponts, autoroutes, écoles, les centres commerciaux, éducation, la gestion des ressources, etc, etc.

L'idée de compenser cette perte par l'envoi de la forme longue de plus de ménages d'intervention volontaire, ne résoudra pas le problème à tous les, selon les statisticiens, sauf que cela va coûter beaucoup plus. Plus d'argent pour moins de valeur! - Sans oublier les coûts supplémentaires qui en découleront avoir à fonder les décisions politiques futures sur la mauvaise information.

Personnellement, Je ne l'ai pas aime avoir à remplir le long formulaire. Pourtant, je vois la nécessité de la, et la valeur de celui-ci, et étant donné que les probabilités sont que je dois faire ce peut-être une fois tous les 25 ans, Je peux facilement vivre avec elle comme un devoir civique. Je ne vois pas de conflit avec la Charte des droits et libertés; la confidentialité est protégée par séparer les données de l'identité des répondants; et le Commissaire à la protection n'a pas trouvé de problème de confidentialité.

Si il ya effectivement des préoccupations réelles de l'approche actuelle, juste assez, laissez-nous bien les regarder. Mais nous avons bon la participation du public, et surtout entendre les statisticiens et toutes les parties prenantes. Disons mesurer les conséquences et d'envisager les solutions. Si ce n'était rien moins réflexe politique d'éperon du moment, nous aurions pu faire il ya des années, après le recensement précédent, mais il est trop tard maintenant pour celui-ci.

Cette décision est mal avisé et clairement pas pensé à travers. L'action ici est responsable de quitter le prochain recensement assez bien seul, et d'engager le dialogue (voire pas du tout) pour la suivante. Cela nous donnera encore cinq ans pour régler les problèmes de et d'examiner les voies et moyens, le cas échéant, de bien les résoudre sans dommage.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Cette entrée a été publiée dans pas de barre latérale et étiqueté , , , . Ajouter aux favoris permalien.