The Blame Game, Reprise

En réponse Gary Mauser (The Now, Coquitlam, Septembre 18) à ma lettre précédente, il a commenté que lorsque M.. Ignatieff “… témérairement menacé de faire tomber le gouvernement ce mois-ci, leurs partenaires de coalition, le NPD et le Bloc, les délivrer de leurs bêtises. …”

En fait, M.. Ignatieff n'a pas menacé de faire tomber le gouvernement, témérairement, ou autrement. M.. Ignatieff ne annoncer que M.. Le gouvernement Harper, malgré nos nombreuses ouvertures et des possibilités innombrables leur offrait, n'a pas réussi à gagner notre confiance. N'ayant aucune confiance en eux, et ayant perdu jusqu'à la moindre de leurs espoirs de rachat, nous ne pouvons pas soutenir davantage les dans des questions de confiance. Ce n'est pas une menace. Ce est une déclaration straight-up de fait.

Il est, d'abord et avant tout, le Gouvernement la responsabilité de gagner la confiance de la Chambre se ils veulent conserver tout mandat pour gouverner. Etaiement leur place n'est pas, correctement, le travail de l'opposition. Afin de servir au mieux les intérêts du Canada, cependant, Nous avons travaillé dur pour parvenir à un équilibre raisonnable, lequel, étant donné que cela requiert la volonté des deux parties à coopérer, se est malheureusement avérée infructueuse. M.. L'annonce d'Ignatieff signifie que nous pouvons maintenant nous concentrer sur notre rôle principal assigné comme opposition officielle, qui est de oppose le gouvernement, et maintenez-le à fond pour compte. Si cela signifie que s'ensuive une élection,  ainsi soit-il. Ce n'est pas une menace, soit. C'est juste la façon dont le système fonctionne.

Mais, à nouveau, seuls les libéraux ne peuvent tout simplement pas “faire baisser les” le gouvernement, (et encore moins “porter la responsabilité”). L'arithmétique n'est pas difficile: Il prend toutes les trois partis d'opposition pour ce faire, et il faut un parti au pouvoir qui ne peut inspirer confiance dans au moins l'un d'eux.

Mais soucier de qui “les causes” l'élection est vain et contre-productive; il est encore un autre rouge hareng. Les élections sont un des coûts-de-faire-business de notre démocratie. Et les coûts financiers, mais non négligeable, sont raisonnables dans le contexte d'affirmation de gestion appropriée d'un budget dans les environs de $600 milliards, un déficit annuel projeté fait doucement son chemin vers $60 milliards, et le comptage, et une économie qui dévidage, si elle se remet en effet, se faisant malgré le gouvernement actuel, et malgré leur incapacité à répondre aux nombreuses promis financement de relance de quelque manière opportune ou efficace.

Et, Enfin, Il convient de noter que nos “partenaires de la coalition” étaient les mêmes parties, et les dirigeants du parti même, en fait,, avec qui M.. Harper lui-même concocté un accord de coalition similaire il ya quatre ans. Compte tenu de ce fait, la diatribe conservateur corrosive contre notre coalition et nos partenaires est juste plus incompréhensible charabia. Se il ya des critiques qui nous sont dues à aucune mesure pour avoir participé à une telle coalition (que je n'accepte pas en premier lieu) la critique selfsame doit être appliqué dans au moins égale mesure aux conservateurs eux-mêmes.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Cette entrée a été publiée dans pas de barre latérale et étiqueté , , , , , , . Ajouter aux favoris permalien.