Posséder Up

“Le gouvernement précédent a signé un accord international sur le changement climatique et a décidé qu'ils ne seraient pas la mettre en œuvre.” Donc, a déclaré M.. Harper à New York.

Kyoto est entré en vigueur en Février 2005. Dans les deux mois, en Avril 2005, le gouvernement libéral a présenté le Projet vert, culminant d'une série d'initiatives de réchauffement planétaire progressivement ambitieux mis en place depuis la signature de l'accord de 1998. Le Projet vert est un plan complet pour répondre à nos engagements de Kyoto.

Selon l'Institut Pembina, Le Projet vert aurait entraîné le Canada 80% du chemin vers ses objectifs en 2010.

En Janvier, 2006, Kyoto avec moins d'un an en effet, avec le Projet vert huit mois et plus sur la manière, nous avons remis, au large de la responsabilité de construire sur ces acquis importants, et d'honorer les engagements que le Canada avait fait pour le monde, M.. Harper.

M.. Harper se mit aussitôt à les détruire. Il a passé toute sa première année de mandat démantèlement changement climatique importante et des initiatives environnementales. Dans son premier budget, il a coupé l'ensemble du budget du Projet vert, éliminer plus de 100 programmes sur les changements climatiques.

Dans le même temps il se mit à saper et saboter le processus à l'échelle mondiale. Il a confié ce dossier important d'un ministre de l'Environnement (Rona Ambrose) qui a montré à maintes reprises manqué ou en retard à des réunions internationales de Kyoto, et son second ministre de l'Environnement (John Baird) ne valait pas mieux; la Conférence de Bali a été une marche de la honte pour le Canada.

M.. Harper a toujours été un denier aigu du changement climatique, même jusqu'en Décembre 2006 se référant à “soi-disant” à effet de serre. Il a travaillé dur et longtemps pour vaincre et défaire nos efforts. Bien que nous n'ayons réaliser beaucoup de choses, que nous n'avions pas atteint encore plus, et qu'il ya peu à gauche, est dans une large mesure M.. La faute de l'Harper.

Franchement, si telle est bien sa croyance, tandis que regrettable, il est louable cohérent qu'il suivrait-travers de cette manière. Mais toute la vertu qui existe peut-être en cela est effacé par son refus abject de nos réalisations et de l'évasion compulsive de sa propre responsabilité pour la piètre performance du Canada ici.

Loin de “décidant de ne pas le mettre en œuvre” le précédent gouvernement libéral a procédé en pleine bonne foi et de l'engagement et accompli beaucoup de choses. C'est un abus odieux de la vérité de dire le contraire, qui est encore plus flagrante en provenance d'un seul homme le plus responsable à l'embarras du Canada et de la perte, et pour avoir trahi la grande responsabilité confiée à lui par des Canadiens.

Il est temps de posséder jusqu'à, M.. Harper. Il est temps d'aller.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Cette entrée a été publiée dans Le changement climatique et étiqueté , , , . Ajouter aux favoris permalien.