Choice in Childcare

Dans les nouvelles de cette semaine, le gouvernement conservateur est en vantant fièrement le troisième anniversaire de leur “Prestation universelle pour enfants”. Mais passons en revue ce que nous avons à célébrer.

Après faire des coupes sévères dans les années nonante pour assurer notre prospérité par le rétablissement de la stabilité financière du Canada, et sur la prestation puis imposition pour les grandes coupes, le gouvernement libéral a commencé, un par un, pour remettre en état et rétablir des programmes d'une manière durable.

Parmi celles-ci était le long espéré, promis depuis longtemps, National Early Learning and Childcare program. En vertu des accords signés avec l'ensemble des dix provinces 2005, provinces pourraient investir les fonds fédéraux dans les programmes réglementés d'apprentissage et de garde des jeunes enfants de moins de six ans, with flexibility to implement programs that addressed their specific needs and objectives. Ce programme a été mis en place, Il a été financé, et il a fourni une base solide sur laquelle bâtir un avenir prospère pour tous les Canadiens.

Ce programme a reconnu l'importance pour tous les parents, peu importe où ils vivent, qu'ils soient ruraux ou urbains, et à tous les niveaux économiques, pour être en mesure de trouver des options réelles en haute qualité, affordable child care – “Que ce soit pour une matinée par semaine dans un programme de l'école maternelle, trois jours par semaine dans une garderie, à temps plein dans une garderie familiale, à certains moments de l'année, ou tout simplement pour les urgences.”

Il a également été un grand pas en avant dans niveler le terrain de jeu pour nos enfants défavorisés, riches et pauvres; pour les aider à s'adapter et à réussir de mieux en mieux à l'école, et tout au long de la vie, and was a key element in addressing child poverty. Un tel programme aide toutes les familles avec enfants en bas âge, mais surtout à faible revenu et les familles monoparentales, à prendre un emploi ou d'améliorer leurs qualifications afin qu'ils puissent améliorer leur situation.

Ce programme a été bonne pour les familles, good for business and good for the country as whole. Qu'elle aurait payé pour elle-même, à long terme des dividendes d'une productivité accrue, réduit la pauvreté, et les taux de diminution de la criminalité.

Mais sa prise de fonction, le gouvernement conservateur a immédiatement commencé à mourir de faim et de démanteler ce programme, substituant leur “Choice in Childcare” benefit of $100/month. Même si un chèque du gouvernement n'est pas négligeable, le flim-flam ici est la notion que c'est une sorte d'alternative à un national de l'apprentissage et la garde de programme.

Après impôt, il couvre à peine (voire pas du tout) un seul jour de soins de jour par mois, and amounts to little more than pocket change in comparison. Il ne fait rien pour encourager la création de nouvelles places en garderie, pour permettre même à ceux existant pour recruter, train, et de retenir du personnel qualifié, nor even to survive. Canada est l'un de l'Organisation for Economic Co-operation and Development's (OECD) pays les plus riches, Mais nos investissements de haute qualité pour l'apprentissage et de garde pour les familles canadiennes sont parmi les pires.

Cette «Choix de garde d'enfants’ prestations ne fait rien pour garde d'enfants et rien pour le choix, and is nothing to celebrate. Laissez-nous pleurons la perte plutôt à courte vue d'une possibilité supérieure à renforcer la prospérité du Canada, la productivité, and quality of life. Nous avons un long chemin à parcourir et nous avons besoin de recommencer dès que possible.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Cette entrée a été publiée dans Garde d'enfants et étiqueté , , . Ajouter aux favoris permalien.